Discours du Président Paul Kagame

Prononcé à l'occasion de la visite officielle du Président Emmanuel Macron à Kigali le 27 mai 2021

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter la bienvenue au Rwanda,


Monsieur le Président Macron, mon ami, ainsi qu’à votre délégation.
Cette journée est le moment pour parler du présent et de l’avenir, tout
en réfléchissant au passé qui nous a amenés ici.


Le Président vient de faire une déclaration importante au Mémorial du
Génocide de Kigali. C’était un discours puissant, avec une signification
particulière pour ce qui se passe maintenant, et qui résonnera bien au delà du Rwanda.
Ses paroles ont eu plus de valeur que des excuses : elles étaient la
vérité.


Dire la vérité est risqué. Mais vous le faites parce que c’est juste, même
si cela vous coûte quelque chose, même si c’est impopulaire. Malgré
certains bruits et certaines voix, le Président Macron a fait ce pas.
Politiquement et moralement, c’est un acte de grand courage.


Ces risques ont été payants car il y avait de la bonne foi des deux côtés.
Il était important de ne pas précipiter le processus. Les faits devaient
être correctement établis. Nos sociétés respectives devaient également
avoir la possibilité de débattre et de délibérer. Une étape a conduit à 
une autre. Et c’est ainsi que nous en sommes arrivés à ce point, qui est
lui-même une autre étape, une étape majeure.


Au Rwanda et en France, tant de personnes, trop nombreuses pour être
nommées, n’ont cessé de poser des questions, année après année,
exigeant de la clarté. Ces personnes viennent de la société civile, du
monde universitaire et des médias. Certains sont simplement des
citoyens inquiets. Nous ne serions pas ici aujourd’hui sans leurs efforts
inlassables, et je tiens à leur exprimer nos profonds remerciements et
notre reconnaissance.
La vérité guérit.


C’est le principe sur lequel repose l’ensemble du projet d’unité nationale
et de réconciliation du Rwanda. Telle a été notre expérience en tant que
Rwandais. Il n’y a pas de raccourci.


Notre conviction, dès le début, était que le processus de prise en
compte du rôle de la France devait suivre la même logique. Et de toute
façon, nous savions que cela ne pouvait pas être plus difficile que de se
réconcilier avec soi-même.


Aucun grain de vérité n’a été sacrifié. Mais le poids de la responsabilité
a été remis à sa place : à ceux qui ont pris les décisions. Qu’il y ait ou
non des procès, la justice est aussi rendue par le tribunal de l’Histoire.
Et le travail de documentation historique doit se poursuivre,
conjointement.


Cette quête de vérité s’inscrit dans le contexte de la complexité des
défis auxquels le Rwanda a été confronté au cours des 27 dernières
années. Le Rwanda aurait pu facilement rester un État en faillite.
Certains auraient même pu se sentir justifiés par cette situation.
D’autres ont en fait œuvré pour que le Rwanda échoue.


Mais nous avons travaillé ensemble en tant que nation pour concevoir
des solutions à nos défis uniques. Et en effet, dans tous les domaines, y
compris sur la question des droits de l’Homme, le Rwanda d’aujourd’hui
est objectivement une nation transformée pour le mieux. Nous
continuons à exister en tant que peuple uni, contre vents et marées. Et
nous nous efforçons constamment d’être encore meilleurs.


Il y a une façon de regarder l’Afrique, de l’extérieur, qui associe
automatiquement chaque succès à un coût énorme en termes de
valeurs et de libertés fondamentales.


Cela ne veut pas dire que l’Afrique n’a pas de mauvais acteurs. Elle en
a. Ils sont là ; ils peuvent même être nombreux. Mais pas plus que
partout ailleurs dans le monde. La différence est que l’Afrique dans son
ensemble en vient à être définie par ces mauvais acteurs, alors
qu’ailleurs, ces mauvais acteurs sont des exceptions.


Cette hypothèse crée un point de référence où l’Afrique est toujours en
bas, alors que les autres sont en haut. Elle conforte ces autres dans la
conviction qu’ils ont un droit naturel de faire et de dire ce qu’ils veulent
par rapport à l’Afrique, de donner des leçons et de juger nos choix. 
Malheureusement, certains des nôtres en Afrique participent également
à cette entreprise négative.


La dynamique se poursuit presque éternellement, comme si elle était
inarrêtable ou inévitable. Mais ce n’est pas le cas. Vous l’arrêtez en
faisant ce que vous croyez être juste, et qui, en fin de compte, peut
s’avérer être juste.


Le vernis de la supériorité morale est très mince, une fois que vous
commencez à le gratter. Sous ce vernis se cache le racisme, un déni de
la valeur intrinsèque et égale de chaque être humain. C’est le racisme
qui a rendu tolérable un génocide prévisible en Afrique.


Le racisme et l’idéologie du génocide existent sur le même continuum.
Ce sont des formes de déshumanisation, et elles constituent une
menace croissante pour la société sur tous les continents. Notre monde
civilisé doit s’unir pour combattre le racisme et l’idéologie du génocide
de manière concertée et cohérente.


Il y a des attitudes héritées du passé qui doivent changer, et ce depuis
longtemps. Et je tiens à dire que le président Macron fait partie de ceux
qui ont compris que les choses doivent changer, et qu’il prend une
position forte pour essayer de provoquer ce changement.


Il ne s’agit pas de parler au nom de l’Afrique, mais plutôt de faire en
sorte que les voix des Rwandais et des Africains puissent s’unir au reste
du monde dans la poursuite d’objectifs communs, indépendamment de
nos origines.
Le président Macron est quelqu’un qui écoute, et il s’est engagé à
soutenir l’Afrique sur la base de ce que l’Afrique elle-même a choisi.
C’est différent, c’est mieux, et cela peut durer.


Fondamentalement, cette visite concerne l’avenir, pas le passé.
La France et le Rwanda vont avoir de bien meilleures relations, au
bénéfice de nos deux peuples, sur le plan économique, politique et
culturel.


Mais les relations entre nos deux pays ne seront jamais totalement
conventionnelles. Il y a une familiarité particulière qui résulte de l’histoire
complexe et terrible que nous partageons, pour le meilleur et pour le
pire. Nous avons choisi de le faire pour le meilleur.


Nous souhaitons établir une relation forte et durable, fondée sur des
priorités qui comptent à la fois pour le Rwanda et pour la France. Cela
inclut de nombreux points abordés lors de notre réunion bilatérale
d’aujourd’hui, tels que l’investissement, la numérisation, l’égalité des
sexes, le changement climatique, les échanges culturels, et le soutien à
l’entrepreneuriat, aux petites entreprises, aux start-ups, et surtout à
l’autonomisation des jeunes. Le Rwanda sera un partenaire solide dans
tous ces domaines.


Monsieur le Président, je vous remercie une nouvelle fois, ainsi que
votre délégation, d’être parmi nous aujourd’hui. Je remercie tous ceux
qui sont ici de leur aimable attention. J’invite maintenant mon ami le
Président Macron à faire sa déclaration, et ensuite nous serons heureux
de répondre à vos questions