Le Rwanda déplore que la presse belge fasse l’écho d'une campagne visant à le déstabiliser

Le Rwanda s’étonne que, sur un sujet aussi grave et en ces temps d’infox (fake news), des médias aussi sérieux n’aient pas pris la peine de contacter des représentants du Gouvernement rwandais à propos des accusations formulées dans leurs articles, ce qui constitue un manquement du Code de déontologie des journalistes belges.

 

Nous rappelons que la Belgique est, depuis la fin du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994, un haut lieu de regroupement d’« opposants» rwandais dont les activités sont étroitement liées à des attentats contre les populations civiles de la Région des Grands-Lacs.  

 

Récemment, et à la connaissance des autorités belges, il a été avéré que deux plateformes politico-militaire répondant au nom de P5 et MRCD opèrent depuis le Royaume de Belgique où séjournent certains de ses leaders dont Paul Rusesabagina qui dirige le Le Mouvement rwandais pour le Changement démocratique (MRCD Ubumwe), Faustin Twagiramungu et Placide Kayumba (Vice-Président des Forces Démocratiques Unifiées (FDU) et co-fondateur de Jambo ASBL). Ce groupe s’y réunit régulièrement, signe des pactes et récolte des fonds dans l’unique but de renverser le gouvernement rwandais par la force.  

 

Les détails des agissements de la branche militaire du P5 mené par le RNC (Rwanda National Congress) dirigé par Kayumba Nyamwasa et le FDLR (Forces Démocratiques de Libération du Rwanda), ont été analysés dans un rapport du groupe d’expert de l’ONU sur le Congo datant de décembre 2018. Pour rappel, les FDLR sont les héritiers idéologiques des auteurs du génocide contre les Tutsi au Rwanda en 1994 et depuis leurs présence à l’Est du Congo sont à l’origine de tueries et viols systématiques. En dépit de ces actes criminels, des membres de l’ASBL de droit belge appelé “Jambo ASBL”, activement impliqués dans une campagne de désinformation à l’égard du Rwanda, ont régulièrement effectué des visites dans l’est du Congo pour y rencontrer des responsables des FDLR.    

 

Enfin, nous déplorons que les articles publiés dans Le Soir, De Morgen ou encore Nieuwsblad fassent l’écho d’une campagne de communication orchestrée pour détourner l'attention des activités terroristes de ces groupes.

 

Ambassade de la République du Rwanda à Bruxelles

Rwanda waarschuwt voor oproepen tot geweld vanuit België 

De Republiek Rwanda is verbaasd over een persbericht van enkele Rwandese politieke partijen in België, die zonder wederwoord van de ambassade verschenen in enkele Belgische kranten.  

  

België is sinds het einde van de genocide tegen Tutsi in Rwanda in 1994 een broeinest van Rwandese "tegenstanders" wiens activiteiten nauw verbonden zijn met aanvallen op burgers in de regio van de Grote Meren.    

  

Onlangs is bewezen dat twee politiek-militaire platforms genaamd P5 en MRCD, opereren vanuit het Koninkrijk België, waar enkele van haar leiders verblijven, waaronder Paul Rusesabagina. Faustin Twagiramungu en Placide Kayumba (vice-president van de United Democratic Forces (UDF) en mede-oprichter van Jambo ASBL) opereren ook vanuit België. Deze groep komt regelmatig bijeen, ondertekent pacten en werft fondsen als enig doel de Rwandese regering met geweld omver te werpen.  De Belgische autoriteiten zijn zeer goed op de hoogte van deze terreuractiviteiten.  

  

De details van de activiteiten van de militaire tak P5 onder leiding van het Rwanda National Congress onder leiding van Kayumba Nyamwasa en de FDLR (Democratische Krachten voor de Bevrijding van Rwanda) werden geanalyseerd in een rapport van de VN-deskundigengroep over Congo in december 2018. Ter herinnering, de FDLR zijn de ideologische erfgenamen van de daders van de genocide tegen de Tutsi in Rwanda in 1994. Hun aanwezigheid in Oost-Congo is de reden van het systematische moorden en verkrachten van onschuldige Congolese burgers. 

 

Ondanks deze criminele daden kunnen de leiders van de Belgische vzw Jambo, die actief betrokken is bij een misinformatiecampagne tegen de Republiek Rwanda, regelmatig het oostelijke deel van Congo bezoeken om met de militaire bevelhebbers van de FDLR te overleggen.      

  

De artikelen gepubliceerd in Le Soir, De Morgen of Nieuwsblad zijn onderdeel van een georkestreerde communicatiecampagne om de aandacht af te leiden van de terroristische activiteiten van deze groepen. 

  

De Rwandese gemeenschap in België vreest dat deze minderheid van extremisten de oorlog en het geweld van Oost-Congo ook naar België zal brengen.  

 

  

Ambassade van de Republiek Rwanda in Brussel 

© 2020 Ambassade de le République du Rwanda à Bruxelles   | 1, Avenue des fleurs - 1150, Bruxelles | Tél : + 32 2 761 94 20