© 2017 Ambassade de le République du Rwanda à Bruxelles   | 1, Avenue des fleurs - 1150, Bruxelles | Tél : + 32 2 761 94 20 

NOUS SUIVRE :

  • w-facebook
  • Twitter Clean

Discours de Mr Gustave Ntwaramuheto, Chargé d'Affaires a.i., à la cérémonie organisée à Tournai pour la 25ème commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994 au Rwanda

Prononcé le 1 juin 2019 à l'hôtel de ville de Tournai

  • Monsieur Paul - Olivier DELANNOI , Bourgmestre de la ville de Tournai; 

  • Mme Hamida RWAMUHAMA, coordinatrice des cérémonies commémoratives à Tournai;

  • Madame Félicité LYAMUKURU, Présidente d’Ibuka Mémoire et Justice ASBL; 

  • Mme Providence RWAYITARE;

  • Chers rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi, chers compatriotes ; 

  • Mesdames et messieurs, en vos titres et qualités ; 

 

Voici 2 mois que nous commémorons à travers la Belgique, la mémoire des nôtres fauché par la barbarie génocidaire du Hutu power il y a 25 ans.  

Monsieur le bourgmestre, permettez-moi d’excuser son excellence Amandin Rugira qui n’a pu se joindre à nous en ce jour. Je vous transmets ses sincères remerciements à vous et au collège communale de la ville de Tournai, de nous accorder cette espace pour que nous puissions nous souvenir des victimes du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994.  

 

Toujours au nom de l’ambassadeur, permettez-moi d’étendre les remerciements aux rwandais et rwandaises de la ville de Tournai pour leurs efforts à ce que pareille journée puisse avoir lieu dans cette magnifique ville médiévale. Ses remerciements vallent aussi à l’endroit de l’asbl Ibuka Mémoire et justice sans qui ces commémorations sur l’ensemble du territoire du royaume de Belgique et du Grand Duché du Luxembroug n’aurait pu se faire.  

 

Mesdames et messieurs,  

 

Je profite de cette tribune pour rendre hommage à la société civile, rwandaises de Belgique qui n’a pas ménagé les efforts pour que notre histoire soit connues de leurs concitoyens belges.  

Je salue aussi nos compatriotes qui ont pris la plume, la caméra ou le micro dans chacune de ces commémorations pour dire au monde ce qu’ils avaient vécus dans leurs chairs. Sachez que cet exercice douloureux n’est pas vain et qu’il sera plus que probablement le socle sur lequel l’unité de notre pays et son avenir pourront reposer sans vaciller.   

 

Mesdames et messieurs,  

Le bilan de ces commémorations nous donne une touche d’espoir. En effet, il nous a été confirmé que des dossiers de présumé génocidaire seront traité en cours d’assise avant la fin de cette année et d’autres en cours d’enquête auront droit à plus d’attention. Sur le plan légal, une loi a été adoptée afin de permettre à toutes personnes s’estimant victime de négations du génocide perpétré contre les Tusti du Rwanda en 1994 de se porter en justice et de punir leurs auteurs. Il s’agit d’un préalable dans la lutte contre toutes les formes de négationnismes.  

 

Mesdames et messieurs, 

Pour ce qui est du travail de transmission de la mémoire, les responsabilités sont partagées entre ceux qui la transmettent et ceux à qui cette transmission est destinée.    

À nous les passeurs de mémoire, Ne lâchez rien puisque nous avons conscience du coût que nous avons payé.   

 

À vous, les récepteurs de cette transmission, rwandais d’origne ou pas, votre attention est essentielle pour comprendre la valeur de notre unité retrouvée.   

Un quart de siècle après le génocide perpétré contre les Tutsi, nous avons un pays où le peuple est réconcilié et unifié même si le processus fut long et semé d’embuches. 

 

Mesdames et messieurs, chers rescapés, chers compatriotes,  

  

Permettez-moi de conclure soulignant les sacrifices que le FPR a porté dans chaires afin de libérer le Rwanda de la barbarie génocidaire mais surtout de l’avoir reconstruit.  

S’il reste encore mois avant la fin de la période de deuil sachons être habité du même courage pour soutenir nos compatriotes rescapés.  

  

Je vous remercie pour votre attention.