© 2017 Ambassade de le République du Rwanda à Bruxelles   | 1, Avenue des fleurs - 1150, Bruxelles | Tél : + 32 2 761 94 20 

NOUS SUIVRE :

  • w-facebook
  • Twitter Clean

Discours pour la journée de la Femme 2019

Permettez-moi de commencer en vous adressant les excuses de Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur, Amandin RUGIRA. Il aurait souhaité être avec nous ce soir, mais pour des raisons indépendantes de sa volonté il n’a pas pu honorer votre invitation.

 

  • Madame la Présidente de la commission genre et affaires sociales-Diaspora Rwandaise de Belgique,

  • Honorables invités, Mesdames et Messieurs, chers compatriotes,

 

 

Je souhaite remercier le public venu si nombreux pour assister à cette conférence-débat, sur « la valorisation des compétences de la femme de la diaspora africaine », événement qui nous permet de célébrer la journée Internationale des droits des femmes aujourd’hui à Bruxelles.

Je souhaite adresser des remerciements particuliers à toutes les intervenantes du jour. Leurs combats, leurs parcours et le fruit de leurs expériences constituent autant de sources d’inspirations pour nous tous, les femmes, aussi bien que les hommes.

Les précieux conseils qui ont été dispensés aujourd’hui nourriront votre réflexion sur un certain nombre de réalités de la vie courante, et pas uniquement sur vos compétences et leur valorisation.

 

Mesdames et messieurs,

Les droits fondamentaux dus à toutes les femmes dans notre civilisation, s’obtiendront grâce aux concours de chacun d’entre nous. Les combats pour les droits des femmes, le respect inconditionnel qu’elles méritent et leur émancipation doivent être soutenus par tous les hommes.

Cette journée internationale des droits des femmes, instaurée à l’entame du 20e siècle, résonne aujourd’hui de façon particulièrement contrariante ; Pour encourageantes que soient ces perspectives, il convient de reconnaître que des défis restent à surmonter.

Pas une journée d’actualité ne renvoie vers une injustice subie par les femmes : selon Le rapport 2016 de la Banque africaine de développement, plus d’un tiers des femmes sont victimes de violences conjugales, on ne recense même plus le nombre de harcèlements, d’agressions et de tentatives de viol ou de viols restés impunis, sans même parler de toutes les inégalités recensées au sein du monde du travail.     

      

Mesdames et Messieurs,

Il reste tant d’efforts à fournir pour faire évoluer de nombreuses mentalités, et obtenir l’égalité absolue dans tous les domaines. Mais, je refuse de perdre espoir. L’exemple de mon pays gonfle mon cœur de détermination et de volonté.

Le Rwanda fait figure d’exemple en la matière. En effet, le dernier classement du World Economic Forum, nous a placé à la quatrième place mondiale des pays les plus égalitaires, après l’Islande, la Norvège et la Finlande !

Notre gouvernement national est paritaire, et mieux encore, notre parlement compte 61,3% de femmes. Ce résultat est exceptionnel mais pas inespéré. Les exemples de success stories économiques concernant des femmes, se sont également multipliés.

 

La volonté présidentielle était belle et bien de donner un rôle à chacun et chacune dans la reconstruction nationale. L’une des leçons que nous avons tirés du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, concernaient l’égalité des droits.

Mu par les intentions les plus louables, notre Président a octroyé à la nation les moyens de ses ambitions. Aujourd’hui, nous donnons l’exemple dans le registre des droits des femmes.

Notre modèle social s’est établi sur l’inclusion, l’échange, le soutien des initiatives et le respect des individus. Cet ensemble solide et cohérent, nous permet d’entrevoir avec fierté, le futur brillant de notre pays.

 

Mesdames et messieurs,

La société rwandaise s’est également rebâtie, grâce à l’indéfectible soutien de ses diasporas à travers le monde. La qualité de leur organisation, leur capacité de centralisation, et leur coordination harmonieuse avec Kigali, a permis de faire progresser toutes les Rwandaises et tous les Rwandais, sur le territoire national comme partout ailleurs.

Des centaines de milliers de Rwandais ont répondu favorablement à la main tendue du Président, qui proposait à tous ses citoyens, sans exception aucune, de jouer un rôle dans l’écriture du grand roman national.

Grâce à cette confiance accordée et rendue, le Rwanda dispose désormais d’un circuit de réseaux étendu, qui lui offre de crédibilité tant dans les sphères diplomatiques qu’économiques.

C’est très encourageant, mais vous connaissez aussi bien que moi l’abnégation de notre Président. De ce fait, il continue de multiplier les initiatives rationnelles pour renforcer encore la place des femmes dans la société, et la place du Rwanda sur le plan mondial.

 

Mesdames et messieurs,

J’ai écouté attentivement nos invitées, ainsi que les questions posées par l’audience. La teneur de ce que j’ai entendu inspire beaucoup de confiance et d’optimisme pour l’avenir.

Leur volonté de prendre leur destin en main, c’est précisément ce que le Rwanda souhaite pour elles. C’est dans ce but que les autorités créent des innovations chaque année, avec des nouvelles propositions, et en cherchant à connecter les personnes les plus adaptées avec les activités mis en disponibilité.

Des liens structurels crédibles et tangibles existent entre beaucoup de strates de la vie socio-économique rwandaise. Lorsqu’ils sont compris et respectés par le plus grand nombre, le pays est alors engagé dans un cercle vertueux.

Ensemble, nous serons forts et justes. Et, à l’instar du thème choisi cette année par le Rwanda, « ensemble, reconstruisons une famille sécurisée » (dufatane urunana, twubake umuryango utekanye), afin d’offrir à nos enfants la société qu’ils méritent.

 

Je remercie encore une fois toutes les personnes qui ont participé à cette conférence. Je remercie tous les sponsors qui ont permis son élaboration. Je remercie la commission genre et affaires sociales de la diaspora rwandaise de Belgique, pour la parfaite organisation. 

 

Je vous remercie de votre aimable attention.